Non mais les rêves, vraiment! (Un chat andalou)

par racheldeville

Pourquoi avoir rêvé que je tuais mon chat que j’aime profondément ?
Pour cela, je prenais un cutter et lui fendais les deux yeux comme dans la scène de l’œil du film « Un chien Andalou », lui ouvrant du même coup la boîte crânienne! Je regrettais aussitôt mon geste lorsque je voyais mon pauvre chat gisant et suppliait mon compagnon de me prêter son portable. Celui-ci offrait une subtile fonction à la manière de l' »historique » de Photoshop…Grâce à ce menu, je pouvais retourner dans le passé étape par étape et effacer la terrible étape du cutter, le sang disparaissait peu peu et mon chat revenait à le vie semblant n’avoir retenu aucun grief contre moi.


Publicités