Matris

par racheldeville

Je suis sur une petite scène de théâtre, j’ai très froid. Une femme est là, également sur la scène, elle me propose une couverture…Elle s’absente quelques minutes, je suis seule face à un public que je ne vois pas, ne sachant que faire, je joue les dégénérées, bavant et me déplaçant à quatre pattes comme un animal. La femme réapparaît avec la précieuse couverture sous laquelle je me blottis immédiatement, dans un coin de la scène, la femme me pose des questions, je lui dis que je vais beaucoup mieux sous la couverture, tout ce qui m’importe, c’est d’avoir chaud. J’aperçois une masse semi circulaire au milieu de la scène, elle n’était pas là auparavant. C’est de l’eau recouverte par une mince couche de peau. Quelle étrangeté, quelle bizarrerie, vraiment, cette énorme masse gélatineuse! Je la touche, j’ai envie de boire l’eau. Pour cela, je dois la percer avec mes dents, la mordiller. Des petites blessures se forment alors à sa surface, laissant couler quelques gouttes de sang. Il semble qu’il n’y ait pas d’eau à l’intérieur, je décide alors d’aspirer de plus belle mais me rends compte qu’il s’agit en fait du ventre de la femme.


Publicités